quarta-feira, 28 de novembro de 2012

FAO alerta para insegurança alimentar no Haiti

Haiti: em julho de 2010, 1,5 milhão de pessoas viviam em acampamentos 
FAO alerta para insegurança alimentar no Haiti
O Haiti, devastado por um terremoto em 2010, já sofreu neste ano uma seca e a passagem de dois furacões
Roma - A crescente insegurança alimentar no Haiti depois do furacão Sandy ameaça gerar mais tensões sociais, alertou Organização de Alimentação e Agricultura da ONU nesta quinta-feira, propondo investimentos em alimentação, agricultura e transportes para tornar o miserável país caribenho mais resistente a catástrofes naturais.
O Haiti, devastado por um terremoto em 2010, já sofreu neste ano uma seca e a passagem de dois furacões.
Mais de 40 por cento da sua produção agrícola foi destruída, e os prejuízos foram estimados em cerca de 254 milhões de dólares, segundo estimativas da ONU.
Cerca de 60 por cento da população haitiana vive em áreas rurais, e mais de metade corre risco grave de insegurança alimentar atualmente, segundo a FAO.
"Essa vulnerabilidade pode ser uma fonte de desestabilização: se não a resolvermos, haverá tensões", disse à Reuters o diretor-geral-assistente da FAO, Laurent Thomas.
Nos últimos meses, o país registrou vários protestos e greves gerais por causa da alta do custo de vida, mas sem a violência e a instabilidade política ocorridas durante uma alta nos preços alimentícios em abril de 2008.
Fonte: EXAME

Une excellente idée pour Haiti!

quarta-feira, 21 de novembro de 2012

Belo Monte, a annoncé la guerre

Belo Monte, a annoncé la guerre 
Ce documentaire indépendant porte sur la construction de la centrale hydroélectrique de Belo Monte au Brésil et révèle comment le projet est imposé par le gouvernement brésilien, sans tenir compte des impacts sur les populations autochtones et riveraines de la région amazonienne.

SENSIBILISATION ET D’EDUCATION ECOLOGIQUE DE LA POPULATION HAITIENNE



PROJET DE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET D’EDUCATION ECOLOGIQUE DE LA POPULATION HAITIENNE SUR LE GRAVE PROBLEME ECOLOGIQUE ET DEMOGRAPHIQU

Contexte et justification du Projet

Depuis environs ces trente (30) dernières années, la population Haïtienne n’a cessé de croître et ceci, a un rythme jugé préoccupant par les experts d’autant que durant cette même période, ses conditions de vie se sont détériorées. En 1985, près de 6 millions de personnes étaient recensées dans le pays ; en 1995, plus de 7 millions ; en l’an 2000, plus de 8 millions et l’on prévoit de 13,4 millions d’ici 2025.
 Ainsi, durant ces trois (3) dernières décennies, la densité par habitant sur kilomètre carré est passée de 211,73 en 1985 à 287,33 en l’an 2000. Le problème est donc de taille car la les ¾ de la population vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Cette situation contribue à exercer une forte pression sur l’environnement et l’impact est déjà visible et très considérable.
40 à 60 millions d’arbres sont abattus chaque année, quelque 5000 carreaux de terre vont à la mer chaque année. A ce sujet, la catastrophe frappe a nos portes. Ayiti dispose d’environ 2 millions 300 mille carreaux de terre. Et sur cet espace, un (1) million 300 mille étaient boisés en 1920. En 1947, cette superficie était réduite à 161 mille 800. La destruction massive a continué pour atteindre 46 mille 200, en 1985. Et l’an 2000, cinq (5) ans plus tard, le chaos, l’espace boisé est réduit à moins de 30 mille carreaux de terre. Et, ce n’est pas tout, sur le total de 30 bassin versants, 25 étaient déjà déboisés, en 1995. En l’an 2000, on n’oserait même pas avancer un chiffre tant la situation était alarmante, voir aujourd’hui, environ douze (12) années plus tard, c’est encore pire.
Dans un pays où la production nationale est plus bas, où l’importation domine le marché, où 100 mille jeunes cherchent sans grand espoir un emploi chaque année, où la population de la capitale déjà de plus de 3 millions d’âmes augmente a un rythme quotidien de 125 personnes, la tâche est immense et l’urgence est de mise. L’urgence de prendre en charge la population afin de stopper l’hémorragie.
Le Front des Héritiers Verts – FHEVERT est conscient de ces enjeux écologiques et démographiques. Ainsi, il a décidé de mettre sur pied une vaste campagne  d’éducation, de sensibilisation et de conscientisation à l’échelle nationale sur le grave problème « Ecologique et démographique du pays. Le FHEVERT mettra avec le support des partenaires nationaux et internationaux pour réaliser cet ambitieux projet d’une durée de douze (12) mois.

FRONT DES HERITIERS VERTS
Pétion -Ville, rue Panaméricaine # 100
(509) 3664-3155 / (509) 3766-1773

domingo, 28 de outubro de 2012

La collecte des déchets s’organise

Haïti - Environnement 
La collecte des déchets s’organise 
Dans le cadre de la transformation des déchets en énergie, Donald Paraison, le Directeur Général du Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) a expliqué « [...] cela fait déjà une année et demie que le SMCRS et le Gouvernement, sont en pourparlers avec 5 ou 6 investisseurs, qui sont intéressés à la transformations de déchets en énergie. Il y a en a 2 avec lesquels nous avons des conversations très sérieuses et un avec lequel le Gouvernement c'est déjà engagé [« International Electric Power » (IEP), projet Phoenix, accords signés le 30 mars et le jeudi 3 mai 2012] qui va collecter les déchets en coordination avec le SMCRS et convertir ces déchets en 30MW d'énergie renouvelable [projet de 250 millions de dollars américains].
[...] dans la coordination que nous faisons déjà avec eux, nous pouvons voir qu’ils sont très sérieux sur la question. Ils ont visité avec nous Mayoka, une île en Espagne qui utilise la même technologie [...] toute l'énergie de cette île vient de la transformation des déchets. 
[...] nous avons déjà environ 14,000 poubelles de maison, dans les 3 mois à venir, nous allons faire une distribution de poubelles, à des personnes qui peuvent payer. Nous allons faire la collecte pour eux, porte à porte. [...] c'est un premier test et nous avons notre équipe, qui travaille sur les quartiers résidentiels dans lesquels nous allons faire la distribution. 
Parallèlement, nous avons d'autres solutions pour environ 99 quartiers, dans lesquels nos camions ne peuvent pas entrer, les rues sont trop étroites... nous avons déjà identifié 10 à 12 espaces, que nous pouvons aménager, où les habitants de ces quartiers, déposeront leurs déchets et nous viendrons les ramasser. Actuellement, ces déchets vont dans la rue, dans les canaux, et lorsque la pluie tombe, ils descendent, bouchent les égouts et causent des inondations et cause une quantité de problèmes [...] lorsque que nous aurons des espaces bien organisé, avec du personnel et suivant le volume de déchets, que ces habitants produisent, nous pourrons venir les ramasser chaque jour, chaque deux jours... » 

Le Premier Ministre survol le pays en hélicoptère

Haïti - Environnement
Le Premier Ministre survol le pays en hélicoptère


Samedi, le Premier Ministre, Laurent Lamothe, accompagné du Sénateur Steven Benoît, a effectué le survol du pays en hélicoptère, afin de mesurer l’ampleur des dégâts après la passage de Sandy
Haïti - Environnement : Le Premier Ministre survol le pays en hélicoptèreÀ son retour, le Premier Ministre a résumé la situation lors d’un point de presse à l’aéroport « [...]...nous avons commencé notre visite vers 11h30 ce matin, nous avons fait un survol de pratiquement toute la Côte Sud, nous sommes également passé dans le Sud-Est, sur la Vallée de Jacmel très bas, pour pouvoir constater les dégâts, nous avons survolé les Cayes, Côtes-de-Fer, Cavaillons, Aquin, nous sommes aussi passé sur Petit-Goâve, Grand-Goâve, Miragoâne [...] vous savez, il y a 200,000 personnes affectées qui vivent dans des conditions très difficile en raison des inondations, il y a beaucoup de jardins qui sont perdus [...] nous avons beaucoup de travail devant nous pour ce qui est de l'aide, que nous allons être obligé d'apporter durant les prochains, jours, semaines et mois à venir, ce ne sera pas une chose facile, parce qu'il y a beaucoup de routes et de pont coupés [voir le tableau au bas de la page] [...] nous avons constater aussi qu’il a beaucoup d'érosion [...]
 
Nous allons maintenant nous assoir pour regarder le plan d'action [...] comme je l'ai déjà dit, nous avons en terme de bons d'urgences 120,000 personnes que nous allons aider dans 5 départements, hier, nous avons décidé d'ajouté 130 millions de Gourdes sur le programme d'urgence pour venir en aide aux populations. Aujourd'hui, nous allons essayer de monter le nombre des bénéficiaires des bons d’urgence à 200,000.
Nous allons avoir besoin de beaucoup de solidarité, de toute la société, de la société civile, de la communauté internationale de vraiment tous les secteurs par rapport à la situation que nous vivons aujourd'hui [...] je demande également la patience de tout le monde, parce que le Gouvernement ne peut pas arriver à aider tout le monde au même moment.
Aujourd'hui nous avons 2 cantines mobiles, une à Léogâne, l'autre qui va se rendre à Petit-Goâve, qui vont donner 10,000 plats chauds aux personnes affectées. Il va y avoir également, beaucoup de paniers de solidarité qui vont être distribués dans ces zones. Nous allons faire en sorte que les bons d'urgence, soient opérationnel dès dimanche.
Donc c'est pour ça que j'ai fait un survol, pour être en mesure de voir l'étendu du problème [...] à partir de demain [dimanche], le plan d'urgence va commencer [...] le Gouvernement Américain fait également des survols pour voir l'aide à apporter [...] nous devons investir dans les causes, dans la prévention et pas seulement dans l'urgence [...] nous avons déjà investi 351 millions Gourdes dans l’aide, mais ça ne sera pas assez, par rapport à ce que nous venons de voir [...] Globalement je peux vous dire, que nous allons faire le maximum d'efforts possible, pour venir en aide aux populations affectées [...] » 

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-7012-haiti-social-le-gouvernement-sur-le-terrain-aupres-de-la-population.html
http://www.haitilibre.com/article-7007-haiti-social-laurent-lamothe-lance-un-appel-a-la-solidarite-nationale.html
http://www.haitilibre.com/article-6999-haiti-social-la-reponse-du-gouvernement-a-sandy.html
http://www.haitilibre.com/article-6998-haiti-environnement-sandy-dernier-rapport-de-situation-par-departement.html
http://www.haitilibre.com/article-6959-haiti-social-lancement-du-programme-ede-pep.html 

HL/S/HaïtiLibre
RAPPORT SUR LES INFRASTRUCTURES ROUTIERES ENDOMMAGEES

Font: HaitiLibre

quinta-feira, 28 de junho de 2012

«Bwa kay Iman» Réveillons la mémoire de nos Ancêtres

Caravane du 14 Aout 2012, sur thème en route pour « Bwa kay Iman » Réveillons la mémoire de nos Ancêtres

A l’occasion de la date mémorial qu’est le 14 Aout 1791, Qui nous rappelle la plus grande cérémonie spirituelle que l’humanité n’ait jamais connue, un groupe d’organisation, d’association, des hommes et des femmes conscient de la situation controverses de toutes sortes dont Ayiti est entrain de faire face et qui travaillent dans des domaines divers, comptent organiser la «Caravane du 14 Aout, en route pour «Bwa Kay Iman» sur le Thème «Réveillons la mémoire de nos Ancêtres».
Nous attendons votre support pour la réalisation de ce grand événement, Si vous êtes intéressé à nous supporter, vous pouvez appeler ou écrivez sur : (509) 3664-3155 / (786) 342-0305
Fonte: REDE Os Verdes/via Facebook

terça-feira, 12 de junho de 2012

Appel à la révolution Ecologique du Front des Héritiers Verts

Appel à la révolution Ecologique 
du Front des Héritiers Verts 
Nous, Héritières et Héritiers du Front des Héritiers Verts (FHEVERT) appelle à la Révolution écologique de notre société, affirmant que nous pouvons, nombreux-ses, résister, en plus aux désespoirs de la politique confisquée, mobilisons pour les emplois de demain, expérimenter une autre alimentation, substituer des énergies propres et des logements décents à la précarité généralisée. Aussi soutenons nous par nos engagements et par nos luttes la construction déjà engagée d’une société Ecologique, d’un espace de politique inventive qui répondre aux besoins et aux désirs, qui nous permette d’être les acteurs d’une Haïti plus juste politiquement, économiquement, socialement, culturellement, etc. 
Nous récusons la tentation de l’ordre et du consensus conservateur. Face au manque d’appétit des raisonnables, face à la tentation de la stabilité d’appareil étatique, nous disons qu’aucune grande idée ne peut s’épanouir sans l’audace d’une pratique révolutionnaire en construction perpétuelle. L’écologie politique gagnera dans un espace politique ouvert et pluriel, un espace où l’on prend la liberté de donner sa place aux différences, aux débats, à une sympathique et sereine confrontation des idées et des arguments. Nous prenons le risque de réfléchir et d’agir, de nous organiser autrement. Nous prenons le risque d’une construction inédite, en donnant à notre mouvement l’ampleur d’une coopérative effervescente. Réinventer la démocratie ce n’est pas l’irresponsable chaos, c’est la chance d’une écologie politique porteuse d’avenir. 
A tous les désillusionnés des causes trop souvent perdues, à tous les opprimés d’une Haïti sans pitié pour les hommes et pour la Terre, à tous les déçus de la politique, nous leurs disons modestement, mais avec conviction et philosophie politique : Le Front des Héritiers Verts (FHEVERT) est la leur. Ensemble, venu (es) d’une multitude d’horizons, nous avons commencé à repousser les murs, à dégager des perspectives. Vous êtes nombreux à nous avoir rejoints. Vous êtes encore nombreux sur le bord du chemin. 
Comme vous, nous voyons des perspectives politiques qui se délitent, qui se réduisent aux visions et aux intérêts les plus étroits, aux tentations nauséabondes et aux régressions identitaires. Nous n’avons pas à choisir entre nos bas instincts, nos peurs ou des gouvernements de petits comptables. Halte aux fossoyeurs d’Haïti! Qui peut dignement nous représenter sans proposer d’alternative aux effets destructeurs de la mondialisation, à l’hyper productivisme, à l’apathie démocratique, au saccage de la biodiversité? 
Pour nous les Héritiers Verts, l’écologie politique constitue le pivot de la révolution écologique que nous avons sollicité de toutes nos forces, dans tous nos combats. Elle est ce nouvel axe, à la fois capable de rassembler et de se confronter aux enjeux politique, sociale, économique, culturelle et autre... 
Les particules disséminées ne font pas un projet. Rassemblons les familles, articulons toutes nos idées même et surtout celles de ceux qui sont encore éloignés, et ouvrons notre base sociale. Qui peut penser gagner aujourd’hui sans élargir sa base sociale ? Les microcosmes aux apparences sécurisantes ne sont le plus souvent que la reproduction notabilisée d’eux-mêmes. 
Nous savons combien la nouveauté est suspecte dans notre pays, un pays où la parole politique authentique peine à se faire entendre. Etouffé sous les fausses promesses, les appareils sclérosés, les égos spéculatifs. Nous aussi, nous sommes fatigués de ces partis, de ces hommes où il faut vingt cinq, cinquante ans de jeux de coude pour être entendu, fatigués du cynisme et des arrangements, de l’obsessionnel partage des postes.
Pourtant l’espoir force dans les interstices. La liberté prend le dessus. L’on se surprend à avoir à nouveau le droit de penser, de rêver, d’espérer. Oui, nous sommes toujours un peu fous, fous d’avoir l’audace de vouloir repenser le monde, fous de vouloir réinventer l’art d’élaborer des idées, l’art de réfléchir ensemble. Oui, nous nous donnons le droit de dire : mais où est l’haïtien dans tout ça ? Que faisons-nous de nos vies ? De nos enfants ? Et le travail, et l’argent, et le temps, et l’autre, et la nature ? Et ce fameux « progrès »? 
Oui, nous avons à nouveau la légitimité de dire Non à la mafia politique, Non aux despotes, Non aux paradis fiscaux, Non à l’obscurité chimique, au manque d’électricité, Non à la pauvreté et au saccage des cultures ! Oui, Nous voulons coopérer, élaborer un projet politique pour révolutionner ensemble la société haïtienne écologiquement. 
La révolution écologique de la société Haïtienne se fera avec nous. Rien n’est écrit, tout nous appartient. Ne gâchons pas cette belle chance ! 
«Construisons l’écologie pour toutes et tous» 
Arioste Beauvin 
Président du Conseil National du FHEVERT 
(509)3664-3155

L'environnement dans la société

L'environnement dans la société
L'environnement en politique
Historiquement, ce n'est véritablement qu'avec l'apparition des ministères de l'environnement dans les pays développés que l'environnement a occupé une place dans le débat politique.
C'est à la fin des années 1970 que les premiers ministères de l'environnement voient le jour, avec la création le 2 décembre 1970 de l'Environmental Protection Agency par le gouvernement Nixon aux Etats-Unis, suivi en janvier 1971 par la France et en mai de la même année par l'Australie.
Petit à petit, l'ensemble des pays développés vont se doter d'un tel ministère, avec plus ou moins d'importance, et souvent suite à une déterioration importante de l'environnement, comme en Allemagne suite à la catastrophe de Tchernobyl.
Depuis, la défense de l'environnement a pris une part croissante dans le débat politique, avec la création des partis verts. Ceux-ci ont vu leur score globalement augmenter aux élections des pays développés, des années 1980 à nos jours.
Aujourd'hui, certaines élections récentes montrent l'importance des questions environnementales dans les débat politiques. En France en 2007, le pacte écologique de Nicolas Hulot, demandant un engagement fort en matière d'environnement, a été ratifié par tous les candidats à l'élection présidentielle.
A l'élection présidentielle américaine de 2008, les questions environnementales ont eu une place importante dans les débats, défendues ardemment par Barack Obama. Enfin, aux élections européennes de 2009, le très bon score du groupe des Verts dans les pays de l'Union Européenne vient confirmer cette tendance: l'environnement est véritablement devenu un enjeu politique fort.

sexta-feira, 20 de abril de 2012

Développement : vous avez dit «durable»?

Développement : vous avez 
dit «durable»? 
Le Tiers monde doit se développer. Il le faut pour que la croissance de la population se ralentisse. C'est une nécessité. La contrainte démographique doit à tout prix s'alléger, même si le facteur population n'est pas seul responsable du mal- développement. 
La transition démographique, qui est le passage d'un équilibre de mortalité et natalité élevées à un équilibre de mortalité et natalité faibles, est en cours, un peu partout. Pour que la transition démographique se produise ou s'accélère là où elle est déjà un cours, il importe qu'il y ait développement. Une meilleure santé des mères et des enfants est, par exemple, un facteur de réduction de la fécondité. En effet, lorsque la survie des enfants augmente, leur nombre tend à diminuer. Une meilleure santé des mères passe aussi par un plus grand espacement des naissances, ce qui tend également à limiter la taille des familles. Les centres de santé sont, enfin, un lieu d'information sur la planification familiale. 
Sans développement, l'espoir de voir les pays du Tiers monde échapper au cercle vicieux de la pauvreté n'est guère permis. Mais de quel développement peut-il s'agir ? Si chaque habitant ders pays pauvres se mettait à vivre comme nous, la planète n'y survivrait pas. 
Il ne fait aucun doute que l'aspiration au modèle occidental de production et de consommation est très forte dans les pays en développement. Or, tout le monde, en convient : la généralisation du modèle de consommation occidental à l'ensemble de la planète serait suicidaire pour tous. Il est donc indispensable d'innover pour définir un nouveau modèle de développement compatible avec le maintien à long terme, de la planète dans des conditions écologiques acceptables. Définir un autre modèle de développement est un des défis d’aujourd'hui. 
Ce modèle de développement ne saurait être une référence seulement pour les autres. Nous devons nous livrer à notre auto-critique : il est impensable de prétendre offrir aux pays du Tiers monde un modèle différent du nôtre, tout en cherchant à tout prix à préserver notre modèle actuel pour nous. S'il y a une seule terre et un seul avenir - ce dont il est aujourd'hui difficile de douter - le modèle doit être commun. Par « commun », nous entendons respectueux de l'environnement d'une manière équivalente. Il ne s'agit pas de définir un modèle unique que l'on chercherait à imposer de manière plus ou moins autoritaire. Il s'agit d'un modèle commun, intégrant une relation différente avec la nature, un modèle que l'on conjuguerait en fonction du contexte local, les contraintes environnementales n'étant pas partout les mêmes. Une de nos tâches est peut-être de favoriser son émergence. 

A votre ATTENTION

A votre ATTENTION 
Les activités anti écologique de la population haïtienne à travers le pays ont causées et causent encore des dommages terribles à l'environnement et menace la santé humaine et la capacité du pays à supporter les événements naturel future, et la gestion d'une biodiversité accrue. La réalité environnementale de notre pays nous oblige à effectuer un changement drastique de nos comportements et ne peut laisser personne indiffèrent et encore moins silencieux. Chacun de nous doit agir et réagir vite, peut importe le lieu et l'endroit, que ce soit dans un quartier, dans une section communale, dans une commune, dans les villes et les bidonvilles, nous sommes tous concernés par cette situation. 
La fragilité de notre Eco Système est décriée, le pays (Haïti) plonge dans une obscurité informationnelle sur l'environnement, le dire et le redire de certains secteurs n'inspirent que la peur et la non confiance. A un moment où les dommages écologiques sont au point rouge, nous devons nous interroger sur notre capacité à protéger, à préserver, à cohabiter et à comprendre comment gérer nos paradoxes de peuples pour une gestion équitable de nos ressources. 
Nous aspirons à la paix et à vivre ensemble, à l'ouverture sur le monde et à un dialogue emprunt de compréhension et de tolérance, ouvert à tendre la main et à bâtir des espaces vert de discussion et d'action dans un esprit de respect mutuel pour une Haïti verte et régénérée. 
Cependant nous sommes conscient que sans vous rien n'est possible, nous lançons un vibrant appel aux vrais haïtiens, à tous les Eco Citoyens et toutes les Eco Citoyennes à marquer leur désir de vivre ensemble et à une conscience collective afin de pallier à cette situation qu'est la dégradation de notre environnement sous toutes ses formes, en unissant nos forces pour la protection et la préservation de nos ressources environnementales. 
Fonte: Écologique Coopération Haïti - Brésil

sexta-feira, 6 de abril de 2012

Permaculture techniques, les bassières

Appel : Pour le passage à l’Action Ecologique en Ayiti


Appel écologique
Appel : Pour le passage à 
l’Action Ecologique en Ayiti 
Nous, femmes et hommes du Front des Héritiers Verts (FHEVERT) engagés dans la « Politique Ecologique » en Ayiti lançons un appel solennel.

Nous déclarons agir ensemble pour une Education relative à l’Environnement et au développement durable pour tous, en tout lieu, tout au long de la vie, apte à répondre aux défis écologique, sociale et économique du pays.

Nous affirmons urgente la mise en œuvre d’une éducation écologique non marchande, empreinte d’humanité, de fraternité, de solidarité de laïcité et de dignité collective.

Nous affirmons urgente la mise en œuvre de pédagogies Ecologiques diversifiées faisant appel a l’émerveillement, au culture, au plaisir, qui développent l’imagination, la créativité et la capacité d’expression.

Nous affirmons urgente la mise en œuvre sur tout le territoire de projets écologiques qui prennent en compte la complexité du problème écologique Ayisyen, la multiplicité des acteurs écologiques et favorisent le partenariat et la concertation Ecologique en Ayiti

Nous affirmons urgente la mise en œuvre d’une prise en charge écologique et au développement intégré accessible à tous en Ayiti sans démagogie aucune par le gouvernement Ayisyen, permettant aux citoyens de s’impliquer dans la vie de son territoire et qui donne les moyens de prendre des initiatives et d’agir écologiquement.
 

Front des Heritiers Verts (FHEVERT)

Fonte: IFE

Chauffe-eau écologique

 Chauffe-eau écologique 
Chauffe-eau solaire en utilisant des bouteilles en PET - Trash tourne à chaud. 
José Alcino Alano a développé un chauffe-eau solaire à l'aide de bouteilles en plastique, contenants Tetra Pak, un tuyau en PVC et de la créativité. 
Découvrez ici, étape par étape, pour construire l'appareil de chauffage ...
http://josealcinoalano.vilabol.uol.com.br/manual/manual.pdf 
Partager! 

Aquecedor de água ecológico
Aquecedor solar de água utilizando garrafas pet - Lixo vira água quente.
José Alcino Alano desenvolveu um aquecedor solar de água utilizando garrafas pet, embalagens tetra-pak, tubos de pvc e muita criatividade.
Aprenda aqui, passo a passo, a construir o aquecedor...
http://josealcinoalano.vilabol.uol.com.br/manual/manual.pdf
Partilhem!
Movimento Novos Rurais!
http://www.facebook.com/novosrurais.farmingculture

quinta-feira, 5 de abril de 2012

Action relative à l’Environnement (ArE)

Action relative à l’Environnement (ArE)
 
Il est unanimement reconnu que le patrimoine naturel est exceptionnel et que sa  préservation et sa mise en valeur sont nécessaires pour faire de l’environnement un atout majeur de Développement durable. 
 
La gouvernance, l’écologie participative, le Partenariat, le Développement durable sont les concepts clés de la loi d’orientation d’écologie politique du Front des Héritiers Vers (FHEVERT) 
 
Toutes nos actions convergent vers cette dimension plus politique. La « Cohérence écologique », n’est- ce pas là une réflexion qui sous entend l’idée d’Action et d’efficacité d’écologie politique pour notre pays. 
 
Alors que le sens de la participation et de la représentation politique nous interroge aujourd’hui, ces nouveaux cadres de la politique actuelle doivent permettre de retisser un équilibre entre la démocratie de représentation et la démocratie de participation. 
Pour ce faire les concepts ‘’écologie politique et développement durable’’ devraient de plus en plus être médiatisés, relayés vers l’opinion publique. 
 
On peut estimer que l’on ne changera rien d’en haut et que l’on ne changera rien d’en bas non plus ; il paraît acquis qu’il faut agir à chaque échelle, que chaque échelle compte, et qu’il en est de même pour le développement de l’Action Relative à l’Environnement (ARE) dans la société.
 
L’Action Relative à l’Environnement doit trouver et prendre sa place au sein de la société. Elle peut jouer un rôle et doit être connue et reconnue pour être mise en œuvre à grande échelle et faciliter le développement durable du pays. 
 
Nous avons parfois quelques difficultés à expliquer ce qu’est l’Action Relative à l’Environnement. Des fois ça donne un discours simple : cependant, elle est une forme d’Action à la citoyenneté où l’éco-relation systémique dans ce que l’homme cultive de son rapport au monde à l’économie solidaire.
 
L’écologie politique est indispensable pour répondre aux problèmes majeurs que nous confrontons. Cette politique, elle est le remède de la crise politique haïtienne. 
 
Vu l’ampleur de la situation actuelle du pays en matière d’écologie et de développement humain, et l’urgence d’agir, la conception selon laquelle les instances s’occupant des questions environnementales ne devraient se confiner qu’à un rôle d’élaboration de beaux discours et de recherche, doit changer. 
 
Le Front des Héritiers Verts (FHEVERT) s’intéresse à des actions tant politiques que sociales visant à faire diminuer l’ampleur de la problématique de l’environnement, améliorer la qualité de vie de tous les Haïtiens et la redistribution des ressources du pays.

domingo, 1 de abril de 2012

VIVER COM NOSSO MEIO AMBIENTE

VIVER COM NOSSO MEIO AMBIENTE
A terra, devido seu mecanismo, é um mundo em movimento perpétuo. Esses movimentos causam reações naturais, conhecidas como ciclones, furacões e tempestades, terremotos, inundações, vulcões e outros.
Estas reações, por vezes, são grandes ameaças naturais para um país devido sua posição geográfica. Nas últimas décadas, neste planeta que se destina a servir de habitat, está se tornando cada vez mais ameaçador, aqui e alhures, é registrado fenômenos cada vez mais mortais e assustadores. A preocupação invade a mente.
Haiti, além de seus contratempos anteriores, foi duramente atingida por um terremoto de magnitude 7,3 de 12 janeiro de 2010 causando a destruição de mais de 225.000 casas, matando mais de 250.000 pessoas, centenas de milhares de feridos, milhões de pessoas vítimas e deixando mais de um milhão de desabrigados.
O dano é em grande parte devido à má gestão do sistema ecológico e situação ambiental e construção descontrolada na criação de favelas - perto de 39 favelas foram criadas no espaço de 20 anos. No Haiti, com uma população de cerca de nove milhões de habitantes, é um país onde a degradação ambiental é o mais avançado em toda a região.
O país tem um ecossistema muito frágil caracterizada por: 
Uma alta porcentagem de elevação das terras com campos íngremes. Um clima tropical que incentiva a erosão hídrica das áreas inclinadas, causando inundações em áreas baixas, resultando em perda de danos vida, a infra-estrutura pública (estradas, pontes, etc.). Somando-se a fragilidade do ambiente físico da má gestão do país urbano, rural e do mar.
Na verdade, a vocação rural do uso da terra não é cumprida, muitos agricultores por causa da falta de terra cultivada, se restringe a pastagens e florestas. Neste sentido, eles destroem o meio ambiente para garantir a sua sobrevivência.
Mais anárquica é o corte de árvores para produção de carvão vegetal, que vai contribuir para o Haiti sofrer com a Desertificação antecipadamente.
Também alterando as condições sob as quais a população haitiana está bastante precária. Na verdade, grande parte da população vivem em barrancos ou áreas sujeitas a inundações; é realmente insalubre. Mais cidades, estão poluídos, e resíduos de plásticos contribuem para o entupimento dos canais de descargas de águas residuais e atravessam oceanos e são encontrados em países vizinhos como Cuba, Jamaica, São Vicente, etc.
No ambiente marinho, a maior parte das florestas de mangues são destruídos. Esta destruição devido ao assoreamento de áreas costeiras afeta a reprodução de determinadas espécies de peixes. Ao longo da última década, o país experimentou uma série de tragédias ligadas à má gestão do meio ambiente. Inundação de Verette Fond de Gonaives Mapoux de causar a destruição de casas e perda de muitas vidas que servem como um indicador da condição pobre do meio ambiente no país.
Educação ambiental em massa aparece como resposta relevante para os problemas decorrentes. Relevância do fato de que os problemas existem e que os recursos adequados não forem tomadas para resolvê-los no Haiti. Há muitas estações de rádio no Haiti, que transmitem uma variedade de assuntos. Tais estações operam não só nas grandes cidades, mas também nas seções da comunidade do país.
No entanto, existem poucas estações de rádio da capital que gastam algum tempo com o problema ambiental do país. Alcançar as emissões de Educação sobre o Meio Ambiente (EA) é relativamente novo no Haiti, ela vai treinar e educar as pessoas sobre assuntos que deveriam ser uma prioridade para o país. 

sexta-feira, 30 de março de 2012

Um minuto de sabedoria para uma vida inteira

Um minuto de sabedoria para uma vida inteira
Une minute de sagesse pour une durée de vie
Un minuto de sabiduría para toda la vida  
Fonte: Rede Os Verdes

Traité sur l'éducation environnementale pour des sociétés durables

Traité sur l'éducation environnementale pour des sociétés durables (En portugais, la vidéo)
L'éducation relative à l'environnement : à travers les grands moments de son histoire. L'éducation environnementale pour des sociétés durables et une responsabilité globale 

Forum Global (Conseil de la Terre)
1992, en marge su Sommet de Rio

En parallèle à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, les organismes non gouvernementaux (ONG) se regroupent pour une rencontre mondiale de laquelle est issu un ensemble de traités alternatifs, dont le Traité sur l'éducation relative à l'environnement qui réaffirme le rôle clé de l'éducation dans la détermination des valeurs et de l'action sociale. Ce traité adopte une vision de l'éducation qui diffère de celle du Chapitre 36 du Plan d'Action 21. Le Traité propose le développement d'une vision holistique, systémique et interdisciplinaire, d'un dialogue des savoirs et d'une pensée critique pour encourager la compréhension, la participation et l'appropriation de la réalité vers des changements pour une meilleure qualité de vie. Le Traité souligne l'importance d'envisager l'ERE comme un facteur de transformation sociale et comme un processus permanent d'apprentissage fondé sur le respect de toutes les formes de vie (éthique écocentrique). Il propose de promouvoir le dialogue, la coopération, la solidarité et le partage et de contribuer aux changements individuels et collectifs vers une responsabilisation à tous les niveaux, pour la construction de sociétés durables et équitables. Le système socio-économique dominant basé sur la consommation est identifié comme une des causes fondamentales de la détérioration de l'environnement et des profondes iniquités sociales qui caractérisent la situation de crise contemporaine.
  • Les solutions à la crise comprennent l'abolition des programmes de développement, d'ajustement et de réforme économique qui maintiennent le modèle de croissance actuel avec ses répercussions désastreuses sur l'environnement et les différentes espèces y compris l'espèce humaine (page 7).
Le Traité établit un lien entre les différentes dimensions associées au développement et à l'environnement: la population, la paix, la santé, les droits de la personne, la démocratie, l'environnement. Ce traité aborde clairement les aspects éthiques de la crise (sur lesquels le communiqué officiel Action 21 est peu transparent) rappelant à la communauté internationale l'utopie de la croissance sans limite et sans fin.
Il importe de signaler que tout au long de son histoire, l'ERE a été enrichie par l'apport d'un mouvement parallèle (celui des ONG) dont les propositions n'ont pas toujours été prises en compte dans la documentation officielle (UNESCO - PNUE), mais qui ont pourtant amené des réflexions qui méritent d'être considérées dans le cadre des réflexions actuelles sur l'ERE. C'est le cas du Traité alternatif sur l'ERE, présenté ici, mais aussi d'autres documents qui méritent d'être explorés davantage, comme par exemple, la Déclaration de Cocoyoc In Defence of the Earth, des années 70 sur l'environnement et le développement.

By EC.GC.CA
Vidéo réalisée par Michele Sato - Master en Education à l'Environnement